La récente couverture médiatique de la lutte de la star hollywoodienne Jada Pinkett Smith contre l’alopécie areata, a une fois de plus attiré l’attention sur la perte de cheveux. Aujourd’hui, d’autres acteurs et célébrités se manifestent et parlent de leurs problèmes de santé capillaire.

C’est ce qu’a fait Amy Schumer. Elle a caché son problème de chute de cheveux au reste du monde pendant des décennies. Elle souffrait de trichotillomanie, un trouble de l’arrachage des cheveux, depuis son adolescence, et cela a eu un impact considérable sur sa santé mentale. Bien que la trichotillomanie se manifeste par des dommages aux cheveux, il s’agit autant d’un problème de santé mentale que d’un problème physique. Examinons de plus près la trichotillomanie et l’histoire d’Amy.

Comment est-ce que ça a commencé ?

Lors d’une récente interview, l’humoriste s’est souvenue de ses premières années d’école où ses camarades se moquaient de son apparence. Le trouble de l’arrachage des cheveux lui a fait perdre tellement de cheveux qu’elle s’est retrouvée avec des plaques chauves visibles. Elle déclare : « À 13 ans, je me suis tellement arraché les cheveux que j’ai dû me procurer une perruque et la porter à l’école. … C’était humiliant, et c’était vraiment dur ».

Le problème est devenu si grave qu’Amy était obligée de déjeuner dans le bureau de l’infirmière pour éviter les commentaires de ses camarades de classe. Ce fut une période sombre pour Schumer, qui a maintenant 40 ans et n’avait jamais parlé de cette partie de sa vie.

Pendant la période où elle souffrait de trichotillomanie, Schumer a fait ce que font beaucoup de personnes souffrant de perte de cheveux : elle a ignoré le problème. J’étais très sûre de moi, j’avais toujours un petit ami, je me disais toujours : «  Les gens cools n’ont pas de cheveux », a-t-elle déclaré.

Ce n’est que plus tard qu’elle a décidé de s’attaquer à son problème. Elle ajoute qu’il lui a fallu un certain temps pour prendre conscience de la situation. « Je pensais que j’allais bien, et je ne me rendais pas compte que je n’allais pas bien et que l’arrachage des cheveux en était un symptôme ».

Sa mère l’aidait à se coiffer le matin. Elle était souvent en larmes car elle ne savait pas comment aider sa fille. Schumer raconte que tout cela était terrifiant et que ses parents ne savaient pas comment aborder la situation. Aujourd’hui, elle a accepté son état et a recours à des extensions capillaires pour épaissir ses cheveux.

L’acceptation est la première étape pour faire face à la perte de cheveux. Amy admet se sentir beaucoup plus détendue par rapport à son état et l’a même évoqué dans sa dernière émission sur Hulu, Life and Beth. « J’ai de la chance que les extensions soient devenues si banales », dit-elle. « Chaque femme que vous voyez à l’écran dans n’importe quel film porte une perruque ou a beaucoup de cheveux rajoutés ».

Qu’est-ce que la trichotillomanie et comment la traiter ?

La trichotillomanie est un trouble de l’arrachage des cheveux caractérisé par de fortes envies d’arracher les poils de différentes parties du corps. Il en résulte souvent des zones chauves sur votre tête, ce qui peut nuire à votre confiance en vous et à votre apparence.

Il existe deux types de trichotillomanie, à savoir l’arrachage ciblé et l’arrachage automatique. La gravité de cette maladie diffère selon les individus. Chez certaines personnes, la trichotillomanie peut être gérable à certains moments, mais elle peut aussi impliquer un arrachage grave et inquiétant des cheveux.

Quelles sont les causes de la trichotillomanie ?

Les causes de la trichotillomanie n’ont pas encore été définitivement identifiées. Cette maladie est liée à la perturbation des voies cérébrales responsables du contrôle des émotions, des comportements, des mouvements du corps et de l’interprétation des impulsions. Les autres facteurs impliqués sont notamment :

Comme dans le cas d’Amy, l’arrachage des cheveux peut facilement se transformer en addiction. La meilleure façon de la traiter est la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), également connue sous le nom de thérapie d’inversion d’habitudes. Ce type de thérapie vise à remplacer l’habitude de l’arrachage des cheveux en identifiant ses déclencheurs et en les évitant.

En conclusion

Même si les problèmes de perte de cheveux tels que l’alopécie areata, la calvitie masculine et la perte de cheveux post-partum sont plus courants, la trichotillomanie peut également provoquer une perte de cheveux. Consulter un expert en restauration capillaire peut vous aider à évaluer correctement votre situation et à choisir le bon traitement. La Vinci Hair Clinic offre une consultation gratuite à tous ses nouveaux clients. Prenez votre rendez-vous dès aujourd’hui !